Note d’actualité VIH / hépatites / IST – N° 109, mai 2021

Le remboursement du préservatif féminin défendu par le Haut Conseil à l’égalité
Le Haut conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) recommande que le préservatif interne (“féminin”) puisse être remboursé par la Sécurité Sociale, à l’instar du préservatif externe (“masculin”). Actuellement, il faut débourser entre 8 et 12 euros pour une boîte de trois préservatifs internes quand la boîte de 12 préservatifs externes remboursée coûte entre 2 et 3 euros.

Rapport sur les LBGTIphobies 2021
À l’occasion du 17 mai, Journée internationale de lutte contre les LGBTI-phobies, l’association SOS homophobie publie son rapport 2021 sur les LGBTI-phobies en France.

Stigmatisation des minorités sexuelles
Ce numéro spécial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire offre  pour  la  première  fois un panorama de la santé mentale des personnes lesbiennes, bisexuelles et gays (LBG) en France.
 

Outils d’intervention en santé sexuelle

Cultures et santé – (Dé)Genrer la ville : Espace public, genre et masculinités

CRIPS Ile-de-France – Réponses pour elles : un outil pour renforcer la prévention en direction des femmes originaires d’Afrique subsaharienne

 



vih

La prescription de la PrEP chez le médecin généraliste arrive en juin
Dans une interview à paraître le 16 juin, Olivier Véran a annoncé au magazine Têtu que la Prophylaxie Pré-Exposition (PrEP) au VIH pourra enfin être prescrite en primo-prescription par les médecins généralistes.

Avis sur la place de la PrEP dans la prévention du VIH en France
Le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) estime que l’usage de la PrEP en France reste insuffisant chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), et est encore anecdotique auprès des autres publics. Il émet 11 recommandations pour passer à l’échelle et remettre la France sur une trajectoire conforme à ses objectifs dans la lutte contre le VIH.

La HAS favorable à la prescription de la PrEP en ville pendant l’urgence sanitaire
La Haute Autorité de Santé recommande, dans des réponses rapides, que tout médecin puisse initier une prescription de la PrEP au VIH dans le cadre de l’urgence sanitaire.

Décès du créateur du ruban rouge, symbole international de la lutte contre le VIH/sida
Le décès de Patrick O’Connell, créateur du ruban rouge et lui-même séropositif, a été rendu public le 4 mai 2021. Il était l’un des fondateurs de Visual AIDS, un groupe de soutien aux artistes vivant avec le VIH qui a lancé le ruban rouge en 1991.

VIH et inégalités sociales
Quels sont les liens entre VIH et inégalités sociales ? Dans ce podcast, France Lert, sociologue et épidémiologiste, présidente de Vers Paris sans sida, explique en quoi l’épidémie de VIH permet d’étudier les inégalités sociales de santé et les déterminants qui les sous-tendent.

En France, des dépistages encore trop tardifs
Dans cet article, Transversalmag revient sur le profil de 1800 personnes dépistées positives au VIH en 2018 en France à un stade avancé de l’infection, voire au stade sida : pour beaucoup, des hommes dits “hétéroflexibles” ou “hétéro-curieux”, âgés de plus de 50 ans. Sur la période 2014-2018, le délai médian qui sépare la contamination du diagnostic est de 3,6 ans.

Le TPE, parent pauvre de la prévention ?
Dans cet article, Transversalmag fait le point sur ce traitement préventif sous-utilisé et éclipsé par la PrEP : recommandations de dispensiation (aux urgences ou en CeGIDD), facteurs favorables ou défavorables au recours et à la continuité du traitement, pistes pour assouplir l’accès au dispositif.

Le pharmacien et son rôle dans les tests rapides d’orientation diagnostique à l’officine
Pour cette thèse, une étude a été réalisée auprès de 200 patients d’une pharmacie durant le mois de juin 2019, avec un double objectif : déterminer les attentes des patients vis-à-vis du pharmacien suite à la réalisation d’un test rapide d’orientation diagnostique (TROD) en officine, et déterminer les attentes dans la perspective d’une évolution de l’offre de TROD actuellement disponible en pharmacie. A cet égard, le TROD VIH est celui pour lequel les patients ont déclaré porter le moins d’intérêt pour une réalisation en officine.

« Cette histoire du sida est la nôtre, il ne faut pas l’oublier »
Dans cette interview pour Le Journal du sida, Olivier Maurel et Michel Bourrelly reviennent sur une histoire qu’ils ont vécue, celle de la réponse communautaire à l’émergence du VIH/sida. Une nouvelle façon de se battre qui a essaimé de nouvelles pratiques, dont le corps médical s’est depuis emparé.



hépatites

SOS Hépatites et Maladies du foie fête ses 25 ans d’existence et les 50 numéros de la newsletter l’Hépatante
L’association fait de cet anniversaire une occasion de “regarder le passé pour mieux se jeter dans le futur”, dans un contexte où la Journée nationale de lutte contre les hépatites virales ne sera pas célébrée pour la deuxième année consécutive en raison de l’épidémie de Covid-19.

Semaine européenne de la vaccination 2021
A l’occasion de la semaine européenne de la vaccination du 17 au 23 mai 2021, l’association SOS Hépatites publie chaque jour à partir du 17 mai un billet de blog autour du thème « Les cirrhotiques : les oubliés de la vaccination ».

VHC en prison : où en est-on ?
Séronet revient sur un e-colloque sur la prise en charge de l’hépatite C en milieu carcéral, dans un contexte où 30% des personnes détenues ne sont pas dépistées à leur arrivée en détention et où moins d’une sur deux initie un traitement au cours de son incarcération. Parmi les pistes d’action débattues, améliorer la coordination entre personnel pénitentiaire, associations et institutions, (enfin) autoriser les programmes d’échanges de seringues en milieu carcéral, sensibiliser les surveillants-es à l’approche de la réduction des risques (RDR).



ist

Prévalence et déterminants de l’infection à Chlamydia trachomatis chez les femmes consultant en centres de dépistage à la Réunion : une étude transversale
Cet article de la Revue de la Société francophone de médecine tropicale et internationale (MTSI) revient sur les résultats d’une étude menée dans deux centres de dépistage hospitaliers à la Réunion entre 2014 et 2015, et dont l’objectif était de déterminer la prévalence de l’infection à Chlamydiae Trachomatis chez les femmes ainsi que d’explorer les déterminants de cette infection. Sur ce dernier point, il ressort, entre autres facteurs de surrisque, un premier rapport sexuel entre 11 et 14 ans, une absence d’antécédent de dépistage, une consultation pour motif d’« infidélité du partenaire » et/ou de « partenaire infecté ».