Note d’actualité VIH / hépatites / santé sexuelle – N° 115, janvier 2022

Cette lettre d’actualité est réalisée par le CRIPS Auvergne-Rhône-Alpes
Suivez le CRIPS ARA sur les réseaux sociaux Facebook CRIPSFacebook CRIPS ARA TwitterTwitter

 A la Une !  A la Une

Le don du sang sera ouvert sans conditions aux hommes homosexuels en mars
Mardi 11 janvier 2022, un comité de suivi de l’arrêté de sélection des donneurs du sang réuni par le Ministère de la Santé a décidé d’abandonner toute référence à l’orientation sexuelle dans les critères de don. Les hommes homosexuels peuvent théoriquement donner leur sang depuis juillet 2016, mais cette possibilité restait soumise à une période d’abstinence sexuelle qui devait être déclarée lors de l’entretien préalable.

 

 Outils d’intervention Outils d'intervention

Aborder la santé sexuelle entre médecins généralistes et personnes migrantes vivant avec le VIH
La Plateforme Prévention Sida et Cultures et Santé (Belgique), en collaboration avec un groupe de personnes vivant avec le VIH, proposent trois supports destinés aux médecins généralistes et aux personnes vivant avec le VIH, qui permettent à chaque partie d’ouvrir le dialogue avec l’autre sur des questions liées à la santé sexuelle :
– Une fiche pratique qui présente les enjeux spécifiques rencontrés par ces patient·es
– Un carnet de santé du ou de la patient·e
– Un site web pouvant être utilisé pendant la consultation

 

VIH / Hépatites

A Marseille, une exposition du Mucem retrace l’histoire sociale et politique du sida
Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) de Marseille propose depuis le 15 décembre 2021 et jusqu’au 2 mai 2022 l’exposition “VIH/sida, l’épidémie n’est pas finie !”. Construite sur la base d’une collection d’objets – banderoles, tracts, affiches, revues associatives, brochures, matériels de prévention, rubans rouges, médicaments, photographies, œuvres d’art… – collectés auprès de nombreuses associations de lutte contre le VIH/sida, enrichis de nombreux prêts de particuliers, elle se veut célébrer la mémoire des luttes contre le sida en les ancrant au présent.

L’éradication du sida est-elle encore un objectif ?
Alors que se tient actuellement au Mucem l’exposition “VIH/sida, l’épidémie n’est pas finie !”, France Culture débat avec trois invité.es de la situation actuelle de l’épidémie dans le monde et en France, et sur la potentialité que l’annihilation des progrès réalisés ces dernières années du fait de la survenue du Covid-19 ne permette éventuellement pas d’atteindre l’objectif que s’était fixé en 2014 l’Organisation des Nations Unies contre le sida (ONUSIDA), à savoir d’ “éradiquer” l’épidémie de VIH/sida à l’horizon 2030.

Pourquoi les femmes prennent-elles aussi peu la PrEP ?
Cet article du pure player Slate interroge la très forte disparité de genre chez les personnes utilisatrices de la PrEP en France – à 97,5% des hommes. Pour des raisons historiques, les recommandations françaises pour la PrEP ciblent surtout les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et les personnes travailleuses du sexe, empêchant Santé Publique France d’en faire la promotion auprès d’autres publics. Mais le poids des normes hétérosexuées et de la morale joue également un rôle important, étant par exemple mal acceptée l’idée qu’une femme puisse avoir de nombreux.ses partenaires sexuels.

A Paris, des consultations infirmières pour élargir l’accès à la PrEP
Le site Infirmiers.com revient sur la signature par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) d’un protocole local de coopération permettant à des infirmier.es de réaliser par dérogation des “consultations trimestrielles” de suivi de personnes séronégatives sous PrEP. Ce protocole, amené à être déployé dans au moins 11 structures de soins de l’AP-HP autorisées à délivrer ou à renouveler la PrEP, ambitionne d’obtenir une autorisation nationale pour permettre à tous les établissements de santé de France, dont les CeGGID (Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic), de le mettre en place.

Chemsex : les dessous de l’alliance dangereuse du sexe et des amphétamines
Dans cet article, Edouard Tuaillon, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier à Montpellier, revient sur le contexte et les facteurs qui ont amené à l’émergence du chemsex chez un certain nombre d’hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, ainsi que les étapes pouvant conduire certains d’entre-eux à des comportements addictifs.
Peu de temps après l’écriture de cet article a été annoncé le décès soudain de David Stuart, pionnier et référence internationale du chemsex.


Santé sexuelle

Etude qualitative sur la santé sexuelle et affective en Ardèche et Drôme
Réalisée par l’Observatoire Régional de la Santé Auvergne-Rhône-Alpes (ORS ARA), cette étude, menée en deux volets réalisés successivement (2019 puis 2020), explore les enjeux concernant la vie affective et sexuelle sur les deux départements, avec un focus particulier sur les problématiques liées à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception.

Le porno fait-il l’éducation sexuelle des jeunes ?
Dans un contexte où 5 sites pornographiques ont été sommés le 13 décembre dernier par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d’empêcher réellement les mineur.es d’accéder à leurs contenus, France Culture débat du rôle de la pornographie dans l’apprentissage de la sexualité chez les enfants et adolescent.es avec Samuel Comblez, psychologue de l’enfance et de l’adolescence, Ludivine Demol, chercheuse-doctorante en sciences de l’information et de la communication, et Alice Ackermann, membre du bureau national du Planning familial.

L’endométriose reconnue comme affection longue durée
Jeudi 13 janvier 2022, un vote à l’unanimité de l’Assemblée nationale a reconnu l’endométriose, maladie gynécologique responsable de douleurs invalidantes et chroniques chez un million et demi de Françaises, comme une affection de longue durée.
Ce vote est intervenu deux jours après l’annonce par le Président de la République d’une stratégie nationale de lutte contre cette maladie.

Le travail du sexe, un sujet politique davantage qu’un problème à régler ?
Dans cette interview, Madmoiselle.com donne la parole à Amar, secrétaire générale du Syndicat du travail sexuel (Strass), organisation autogérée par et pour les personnes dites “travailleuses du sexe” (TDS). La militante y aborde les répercussions pour les TDS des lois actuellement en vigueur nationalement (pénalisation des clients, proxénétisme, numérique) et localement (arrêtés municipaux), les revendications du syndicat en faveur de la reconnaissance du travail du sexe dans le droit commun, et les raisons pour lesquelles il reste difficile d’être entendue en tant que féministe sur ce sujet des plus clivants.

Publication de la brochure “Mon sexe et moi”

Cette brochure d’information éditée par l’Université de Genève invite les adolescentes et adolescents à à découvrir l’anatomie génitale dans toute sa diversité et à s’auto-explorer en vue de s’approprier son propre corps et en prendre soin. Elle cherche à éveiller leur regard critique face aux injonctions sociales normatives. Son contenu ont été élaboré sur la base d’une analyse de 3000 questions posées anonymement par de jeunes Suisses romand.es sur le site ciao.ch.

 L’actualité de l’IREPS ARA !  Actu IREPS

Planning des formations 2022
Retrouvez en ligne les formations proposées par l’IREPS ARA en 2022, par dates et départements :
– les formations méthodologiques pour vous aider à construire vos projets,
– les formations d’animation de groupes,
– les formations thématiques : éducation à la sexualité, santé mentale, développement des compétences psychosociales, éducation thérapeutique du patient…
Cliquez ici pour télécharger le planning des formations 2022